Archives de la catégorie ‘Cours de Terre Oenophile’

http://www.terre-oenophile.ch

Publicités

Ca s’est passé comme ça 🙂

Merci à notre photographe 🙂

BC

Dans le cadre des cours de dégustation de Terre Oenophile, visite chez Sébastien Dupraz à Soral (Genève) qui travaille pas moins de 17 cépages ! Son assemblage Noble (Cabernets) est particulièrement recommandable, ainsi que son Savagnin, bien droit, riche (2015) mais dynamique en finale ; la Petite Arvine est sérieuse et tendue, le Chasselas tout en gourmandise, la Syrah bien typée, le Merlot rond comme il se soit et tout en fruit. En résumé, des vins de plaisir !

BC

Quelques jolies  photos prises par une de nos participantes (merci Vivi !)

Enfin trouvé quelques bouteilles de Gran Risavier de la famille Klausener à Purasca. Pas dégusté depuis longtemps (introuvable en Suisse romande il semble) mais en souvenir un vin d’une grande finesse et authenticité, peut être le vin le plus abouti du Tessin.  On refait connaissance fin avril à l’occasion de l’atelier de dégustation Very best of Switzerland ! On en reparlera donc ..

BC

Terre Œnophile propose, dès septembre 2017, l’exploration d’un univers fabuleux, celui des grands whiskies ! Un monde peut être encore plus complexe que celui du vin et qui mérite une petite visite guidée.

La « petite école du whisky » de Terre Œnophile offrira donc la possibilité de s’initier à la dégustation et aux subtilités du roi des eaux de vie, à Genève et à Lausanne.
Nous débuterons gentiment en septembre avec des initiations au monde du whisky , c’est à dire poser des bases de connaissance générale et d’expérience de la dégustation appliquée qui permettront de mieux choisir et apprécier le Whisky : B.a.-Ba de la dégustation, modes d’élaboration, un peu d’histoire, régions de production, savoir lire une étiquette, les verres vraiment adaptés, les accords … Tout un programme ! Et bien sûr, d’excellents whiskies en dégustation, d’Ecosse, Irlande, Japon, France, Suisse ..

Nous poursuivrons début 2018 avec des dégustations thématiques : Scotch Single Malt, whisky japonais, whisky d’Europe, whisky blind tasting, whisky et chocolats, …

Nous nous réjouissons de ces futures nouvelles dégustations !

Slàinte !

BC

terre-oenophile.ch

Dégustation de vins du Piémont et de Toscane dans le cadre du module 8 d’initiation à la dégustation de Terre Oenophile.

Pas vraiment pris de notes sur le moment (plus occupé à échanger sur les vins avec les participants) mais voici tout de même un petit résumé, avec quelques vins qui valent vraiment le coup !

– Chianti Classico 2013 Rocca di Montegrossi, simple, assez léger, acidulé. A envisager servi un peu frais avec antipasti.
– Bramattera 2012 domaine Noah, domaine prometteur, un peu fermé ce jour là mais le fond est là, un vin qui monte un peu en puissance et finale, droit, entier, demi-puissance.
IGT Toscana « Pian del Ciampolo » Montevertine 2014, fin, élégant, demi-puissance, de la race et de l’élan. Très bien.
Barbera d’Alba 2015 Giuseppe Rinaldi, un pétard ! diraient certains 🙂 Superbe Barbera à la fois gourmande et racée, un beau jus. Top. Une rareté aussi …
Chianti Reserva 2011 Casina di Cornia, le Sangiovese dans toute sa beauté fière et sensuelle, un vin qui exprime un beau terroir.
– Vino Nobile di Montepulciano «Vigna d’Alfiero» 2008 Tenuta Valdipiatta, peut être le moins percutant de la dégustation, rien de mauvais mais manque l’étincelle. Puissant. Plus un vin de matière que d’esprit. Levures sélectionnées en cause ?

img_1911
– Barbaresco «Montestefano» 2008 Rivella Serafino, un Barbaresco en demi puissance, frais, accessible, un petit manque de longueur peut-être. Bien dans l’ensemble.
Brunello di Montalcino 2009 Sante Maria, voilà un digne représentant de l’appellation et une belle version du Sangiovese, ample, dense, long, racé. Top
– Barolo «Brunate» 2008 Mario Marengo, une belle densité et de la carrure, typique du Cru Brunate, un vin complet mais encore un peu mutique. Attendre. Bien
Gattinara « Osso San Grato » 2007 Antoniolo, un des vins préférés de la soirée, ouvert, plus en finesse qu’en puissance, un Nebbiolo qui pinote presque ! Début de maturité. Top
– Tignanello 2006 Antinori, un peu comme le Vino Nobile 2008, rien à dire sur l’ensemble mais l’ennui guette..
Cepparello 1998 Isole et Olena, voilà un très beau vin de Toscane à maturité, supplément de chair et de longueur ainsi que des arômes plus subtils que le précédent. Top

BC

terre-oenophile.ch

Tout petit feed back de l’atelier « Very best of Switzerland » de jeudi passé, soit la dégustation d’une partie de la crème de la crème des vins suisses. Forcément subjectif, forcément incomplet, mais quand même des vins parmi les plus réputés.

So, who was the best ? Sans conteste (pour ma part) l’Ambre 2007 de Christophe Abbet (Valais), un grand liquoreux à tendance un peu oxydative. Quelle finesse, harmonie, énergie et complexité ! Ca c’est du haut niveau ! On trouve ce nectar chez 20g à Carouge et chez Cave SA à Gland.

La Petite Arvine La louye 2014 de Marie Thérèse Chappaz (Valais) est superbe, sèche, concentrée, gourmande, saline et pamplemousse en finale. A attendre un peu mais un beau vin blanc avec du fond.

L’Epesses Braise d’Enfer 2005 des Frères Dubois (Lavaux) est l’archétype d’un beau Chasselas, tout en finesse, discret à l’ouverture, pas un vin d’attaque ou de milieu de bouche mais un vin de fin de bouche avec son tracé délicat et minéral. Un vin qui prend cependant du volume et du peps à l’oxygénation. A boire déjà mais beaucoup d’années encore devant lui !

Le Pinot Noir 2006 de Martha et Daniel Gantenbein (Grisons) est en pleine forme, dans un style assez concentré pour un Pinot Noir mais sans toutefois manquer trop de finesse. Petite sucrosité perceptible à l’attaque, comme si une partie des raisins étaient flétris. Du volume et de la longueur, le genre de vin qu’on sert quand on ne veut pas se tromper .. Il faudra quand même débourser autour des 150.00 ..


img_1885 img_1886
img_1888

Le Cornalin 2006 de Denis Mercier, en demi puissance, fruit noir, tanins polis, est en pleine forme, tout comme sa Syrah 2006, plus épicée et charnue. Deux jolis vins qui donneront du plaisir avec une belle chasse ou un belle pasta & bolets.

Coté Tessin, la cuvée Orizzonte 2009 de Christian Zundel est un vin sérieux, un peu carré, encore en devenir il semble. Une côte de boeuf saignante devrait l’attendrir.

Le rare Gamaret barrique de Nicolas Bonnet à Satigny, millésime 2009, est agréable, ouvert, en demi puissance, épicé, tanins légèrement âpres – la rusticité du Gamaret – et devrait procurer un joli moment avec une longeole…

Le Pinot Noir n°3 du Schlossgut Bachtobel (Thurgovie) en 2014 est plus « vif » que dans d’autres millésimes mais plutôt fin et d’une belle pureté. A attendre.

Le Completer « Selvenen » 2006 Donatsch (Grisons) n’est pas dans un bon jour, réduit, limite mercaptan. Ca ne manque pas de caractère ni de volume mais ce n’est pas bien net. A re gouter.

On aurait aussi pu inclure dans cette dégustation un Pinot Noir de Tatasciore (Neuchâtel), ou le Pinot Noir Lago 2007 du domaine du Signolet (meilleur Pinot Noir de Suisse dégusté à ce jour avec la cuvée Le Clos de Marc Balzan à Ayent). Le Completer du domaine Adolf Boner fera surement partie de la prochaine édition, tout comme le Heida du domaine Chanton à Visp. Il faudra aussi trouver des vins de Chez Klausener (Tessin) et trouver une bouteille de Tranquille de Paul-Henri Soler à Genève. Tiens, le Pinot Noir de Thomas Studach (Grisons) pourrait aussi être de la partie ..

Prochaine dégustation sur ce thème en avril 2016.

www.terreoenophile.ch 

BC

5 mn à disposition pour un petit feed back .. c’est mieux que rien, allons-y donc !

Dégustation lundi passé sur le thème « Vignoble du Rhône (FR), un tempérament bisolaire« . Tout est dans le titre et l’idée est donc de comparer vins de la partie sud et vins de la partie nord afin de mieux comprendre les différences, caractéristiques et finalement les préférences individuelles.

On débute par la Syrah 2015 d’Hervé Souhaut en Ardèche, un vin nature plutôt en fraicheur et délicatesse, bien typé Syrah de par son coté épicé et une attaque assez veloutée. Une belle expression variétale du cépage avec tendance fruité frais. Bien.

img_1867

A coté, la cuvée St. Martin 2011 AOC Beaumes-de-Venise de la Ferme Saint-Martin. Plus chaleureux et plus muet, en phase un peu ingrate, un rien réduit, un vin sérieux, bien construit, qui devrait être plus causant en situation de repas plutôt qu’un dégustation. Fermé

On attaque les choses sérieuses avec un Cornas 2011 « Chaillot » de Guillaume Gilles. Il se présente bien, ouvert et assez délicat, élancé, gourmand et racé. Un joli vin qu’on peut déjà apprécier et qui devrait avoir encore un peu de temps devant lui. Très très bien.

A Coté, un Vacqueyras Vieilles Vignes 2010 du domaine de la Monardière qui s’affiche droit dans ses bottes, consistant et homogène. Chaleureux mais sans manquer de fraicheur. Bien+ A boire et certainement va tenir encore quelques petites années.

Peut-être le plus grand de la soirée, l’Hermitage « Bessard-Méal » 2011 de Bernard Faurie est certes encore bien jeune mais déjà impérial. Supplément de trame et de longueur ainsi que des tanins plus nobles. Pas d’effets de manche non plus, juste un grand terroir qui s’exprime à travers le travail inspiré d’un grand vigneron. Top !

A coté, le Châteauneuf-du-Pape « Quartz »  2011 du Clos du Caillou, joli vin, en rondeur et modérément charpenté, assez expressif déjà, plaisant, plus en gourmandisequ’en finesse. Bien

Le même vin en 2006 est honorable, sympathique mais peut-être un peu fatigué déjà ..

La Côte Rôtie « Sereine » 2000 d’Yves et Martine Gangloff se présente plutôt bien, élégante, ample, bien « tissée ». Un beau vin ouvert qui donnera du plaisir à table.
Très bien

Le Châteauneuf-du-Pape Beaucastel 1996 est aussi une joli bête, encore en bonne forme. Un vin abouti, patiné, pas forcément très persistant mais avec un bel équilibre chaleur/fraicheur/relief. Très bien

img_1859

Goutés à l’aveugle :

Châteauneuf-du-Pape 1998 Pierre André, un joli vin à maturité avec une belle tenue en bouche, cohérent et très charmant avec ses arômes à la fois de fruits mûrs, d’épices et de sous-bois. Très bien.

Hermitage Monier de la Sizeranne 1996 Chapoutier, un vin toujours debout, de puissance moyenne, assez homogène, un peu faiblard en finale mais devrait être une jolie bouteille avec quelques cèpes sautées et de belle pommes de terre rôties à l’ail et au romarin …

Au final, une belle série, rien de vraiment bancal, un tout petit aperçu de la diversité de ce formidable vignoble !

BC