Filet mignon de porc, légumes de saison, Boulghour

Assez facile et efficace !

Un filet mignon de porc
Aubergines
Poivrons rouges
Ail
Tomates
Concentré de tomates
Persil, menthe fraiche
Pourpier
Sel, poivre, origan
Vinaigre balsamique, sauce Tamari, un trait de vin rouge
Trancher le filet en médaillons d’env. 3-4 cm, saler, poivrer, herbes séchées, les cuire à la poêle dans de l’huile d’olives ou autre matière grasse. Réserver les médaillons sur une assiette posée sur une cuillère à soupe (par ex.) afin qu’elle soit inclinée et que le jus de viande s’écoule dans le bas de l’assiette et que la viande reste en haut ..). Bon, pas très sûr que cette phrase soit très claire 🙂

Déglacer la poêle avec un trait de vin rouge et ajouter quelques traits de balsamique et de sauce Tamari, un peu de concentré de tomates et de l’origan (par ex.) et le jus de viande, faire réduire un peu, réserver.

Peler et détailler en fines tranches l’aubergine.
Vider les poivrons et les couper en lanières.
hacher grossièrement une gousse d’ail ou deux.
Couper en gros dés une tomate ou deux.
Mettre le tout dans un plat allant au four préchauffé à 200 avec sel, poivre, origan ou autre, huile d’olives.
Cuisson : 15 mn à 200, 30 mn à 175, 15 mn à 150 puis éteindre le four et laisser le plat à l’intérieur.
Remuer de temps en temps si nécessaire pendant la cuisson (si ça commence à brunir un peu trop..).
L’objectif est de confire, sécher mais sans brûler.

Ajouter le jus de légumes restant au fond du plat dans la poêle avec la sauce et faire réduire à nouveau.

Cuire le Boulghour comme indiqué sur le paquet environ 20 mn avant de dresser sur assiette.

Le moment venu réchauffer la viande dans le poêle contenant la sauce réduite (qui ne doit pas être très liquide).

Mettre un emporte-pièce dans chaque assiette, disposer du Boulghour au fond, mettre de la menthe et du persil hachés puis les légumes confits. Tasser un peu afin que le tout se tienne lorsque l’on retire l’emporte-pièce.

Disposer la viande à coté, mettre un peu de pourpier pour la déco (et ça se mange !).
Un peu de sel noir pour la déco, quelques traits d’huile d’olives.

N.B. Il y a peu de sauce car très réduite et concentrée, avec un coté umami qui donne bcp de saveur à la viande.

Bcp de vins peuvent se marier avec ce plat. Rouges mais aussi rosés structurés (Bandol) voire un Champagne un peu vineux issu de Pinot Noir. Pour le coté « sud » de la recette on peut partir sur un vin rouge du soleil, mais pas trop tannique ni trop puissant. Par ex. un Grenache du sud de la France. Un Cairanne issu d’un millésime « frais » serait intéressant. Un Cru du Beaujolais pourrait surprendre. Un vin suisse ? Gamaret bien né ou un Cornalin idem. Un Langhe Nebbiolo de quelques années irait aussi très bien.
Le vin avec l’assiette en photo était un Trevallon 2018, vin rouge de Provence mythique, encore bien jeune, concentré, réservé et promis à une belle garde mais avec cet apanage des vrais grands vins : ils sont toujours bons. même trop jeunes !

BC

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :