New World Wine Revolution, quelques petites bombes

La majorité des vins produits dans les pays dits du « Nouveau Monde » est toujours entre les mains de départements marketing, dont l’objectif est donc, de facto, purement commercial : fabriquer des vins formatés et accessibles au plus large public possible, ce qui en soit n’est guère critiquable, puisque cela se joue entre deux partenaires consentants : producteur et consommateur.
Cependant, une nouvelle vague de vignerons commence à s’imposer dans ces paysages chauds et secs. Des domaines de tailles plus artisanales, avec une approche plus naturelle et terroitante. Des vins aussi plus dépouillés, digestes, décomplexés et surtout particulièrement bons ! Des vins qui s’adressent d’avantage aux amateurs de vins fins. 
L’ Afrique du Sud est particulièrement dynamique, avec notamment un vivier de vignerons talentueux dans la région du Swartland. L’ Australie et Nouvelle Zélande ne sontpas en reste, avec par ex. les vins décoiffants du domaine Lucy Margaux et les perles de Sato Wines. Chili et Argentine semblent un peu à la traine. Quant aux Etats Unis, c’est un pays viticole encore inexploré pour nous … 

Lors de notre récent atelier de dégustation sur ce thème, voici les vins qui ont particulièrement été appréciés : 
Savage blanc 2017 de Duncan Savage, Afrique du Sud. Un assemblage de Sauvignon, Sémillon et Chenin. Etonnant de tonicité, svelte, tout en gardant un profil « sud » en finale. Influence maritime indéniable dans ce vin de la région de Cape Point. 

Dans le registre des vins oranges, le Swartland blanc «El Bandito Skin» 2015 Testalonga (Afrique du Sud) est plus musclé, tannique même, mais sans lourdeur. Typiques des raisins blancs vinifiés comme des raisins rouges. Un peu un OVNI gustatif, entre la charpente du vin rouge et la fraicheur du vin blanc. A tenter avec un fromage à pâte dure, un jambon cru, des anchois, un risotto au fruits de mer, une volaille en sauce, la cuisine épicée en général, … beaucoup de possibilité en fait et c’est bien ce qui fait le charme des vins oranges ! 

Particulièrement étonnant, le Cinsault de Duncan Savage, dans sa rare et fameuse cuvée «Follow the Line» 2017. Fermentation avec 50% des rafles et élevage 9 mois en foudres. Un vin tout en légèreté (ou presque) et fraicheur, fruit acidulé et épices. 

Pour sortir un peu d’Afrique du Sud, le Pinot Noir L’Insolite Sato 2014 Nouvelle Zélande, est un vin très complet, sérieux et élégant à la fois. Concentré mais sans stéroïdes. Plus dans le style d’un vin de la Côte de Nuits que d’un vin de la Côte de Beaune, si on cherchait à comparer … C’est un peu le coup de coeur de la soirée en fait. On le trouve Chez Gilles Bogaerts à la cave 20G à Carouge. 

Enfin, les vins d’Eben Sadie, dans le Swartland, en Afrique du Sud, sont toujours épatants. Son Cinsault Poofadder 2016, issu de vignes de 50 ans, est aujourd’hui plus austère que celui de Duncan Savage, mais avec aussi plus de fond et d’énergie. Attendre un peu. 

Son Grenache (franc de pieds) Noir Soldaat 2016 est juste splendide et atteint une finesse et une précision rares, tous pays confondus. 

BC
terre-oenophile.ch
oenologie-suisseromande.com 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s