A trop vouloir décaper …

Publié: août 29, 2016 dans En passant

… on finit par manquer de matière.

J’aurais aimé acheter et lire le dernier livre de Jacques Orhon « Le vin snob ». Pas parce que je pense que le monde du vin est globalement snob, bien au contraire, mais parce que c’est écrit par un vrai pro avec de longues années d’expérience et que ses précédents ouvrages, plutôt encyclopédiques, ont contribué aux fondements de mon apprentissage dans le vin il y a un peu plus de 20 ans en arrière.

IMG_1042
Hélas, l’accroche sur la 1ère page de couverture annonce un peu trop la couleur « Propos décapants sur un milieu qui a tendance à se prendre au sérieux ». Et la dernière page de couverture résume aussi malheureusement bien le fil conducteur et souligne déjà une certaine incohérence :

IMG_1043

En gros on va taper sur les sois-disants bobos-qui-boivent-du-vin-nature-qui-pue et un peu aussi sur le bio. On s’adresse « aux vrais amoureux du vin » (sic). A l’intérieur du livre on tabassera aussi un peu les pros qui se prennent trop au sérieux et les dégustateurs qui ont le tord de … commenter le vin selon leurs sensations.

Pffff… Sérieusement !

Sans même trop souligner que tout ces clichés ont maintes fois été traités par d’autres, il y a d’entrée de jeu cette idée dérangeante qu’il existe les bons et les mauvais amateurs de vin. La bonne et la mauvaise façon d’apprécier le vin. Voilà qui déjà annule la gentille petite phrase de la fin du résumé :  » … pour qu’il (le vin) redevienne ce qu’il devrait être avant tout : un plaisir partagé simplement, en toute convivialité ».

Ben si c’est vraiment ce que l’auteur pense qu’il laisse donc les supposés bobos se murger au vin nature sans leur chercher des poux ! Qu’il laisse donc les gens faire librement des commentaires de dégustation sans chercher à les culpabiliser d’avoir un peu d’odorat et d’imagination :

IMG_1045

C’est d’ailleurs amusant cette tendance qu’ont les professionnels du vin à vouloir « simplifier » les commentaires de dégustation et à reprocher toute une méthodologie qu’ils ont eux-même contribuer à mettre en place. EVIDEMMENT qu’on finit souvent par simplifier au fil de temps et des dégustations mais ne faut-il pas respecter le rythme d’apprentissage de chacun ? Car oui, un amateur de vin néophyte prend du plaisir à faire ses gammes en allant chercher à identifier un max d’odeurs dans le vin. Et alors ? C’est plutôt beau non ? D’ailleurs, doit-il cesser de le faire à un moment donné ? Oui et non, comme il veut quoi. C’est aussi bien d’aller à l’essentiel en dégustation tout comme c’est aussi bien d’allez plus loin dans l’intimité du vin en décelant des arômes subtils.

Quant aux sommeliers qui snobent le client .. Sérieusement, doit bien il y en rester deux ou trois dans des zoos (plus nombreux au Québec, pays de l’auteur ??)

Cette idée est souvent un fond de commerce pour appâter le client, mais bon … Les sommeliers d’aujourd’hui sont majoritairement tout sauf snobs et sont au contraire très ouverts au partage et à la découverte et sont bien plus prêts à sortir des sentiers battus que nombre de critiques vieux de la vieille, notamment en jouant la carte de vins qui proposent une autre esthétique du goût, ce que certains pourraient facilement prendre pour de graves défauts :-), eux ne voient que l’originalité qui peut faire tout le charme d’un vin. Et pour cela il faut de l’ouverture…

IMG_1046

 

IMG_1047

Certes, il y a des buveurs d’étiquettes, des gens qui ne jurent que par les grands crus réputés. Et alors, à nouveau, ou est le problème ? Si c’est pas notre truc on n’est pas obligé de les fréquenter. Idem pour les quelques sommeliers un peu pompeux. On les trouvent généralement dans des restaurants tout aussi pompeux et avec une cuisine à l’avenant. Passons simplement notre chemin.

Evidemment, on ne peut pas pondre un bouquin avec cette approche.

Que le vin, même simple, puisse faire vibrer semble aussi déranger.

IMG_1044

Ce qui est principalement dérangeant dans ce livre et la raison pour laquelle je le critique si ouvertement, c’est le parti pris contre des vignerons et des buveurs passionnés et sincères. Oui, des buveurs, des gens qui aiment vraiment le vin et qui, oui, prennent du plaisir avec le vin en toute convivialité, que ça plaise ou pas. A bon entendeur.

BC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s