Archives de décembre, 2014

Déjà, un grand coup de coeur pour Simone. Simone 2012, signé Julie Balagny, un Fleurie tout en finesse, élancé, aérien. Une danseuse étoile. Pour ceux qui connaissent, on dirait un Poulsard à Ganevat, en légèrement plus fin mais tout aussi minéral et digeste. Une rareté. Pas bon marché mais bien plus d’histoires à raconter que beaucoup de vins de Bourgogne au même niveau de prix (env. 35 euros dans le commerce).

Pour débuter une soirée rien de mieux qu’un Chardonnay d’Arbois Pupillin de la maison Houillon-Overnoy, 2011 en ce moment. La gourmandise du Chardonnay avec son coté fruits blancs légèrement confits (poire) et sa minéralité rafraichissante. On est dans le jus de raisin fermenté qui s’assume, dans la caresse rassurante de grand-mère, avec le dos de la main tachée par le soleil, sur la joue encore potelée d’une enfance qui s’accroche. Parfaitement.

Pour poursuivre une soirée rien de mieux que le Sel d’Argent de l’Anglore 2013, un Grenache Blanc de la Vallée du Rhône qui balaie en quelques secondes le coup de mou bien légitime de papilles entannisés par plusieurs verres de vin rouge. Le genre de vin qui dynamise, un peu comme un redbull, enfin, si ça marchait, le redbull. Et puis, l’exemple est mauvais parce que ça pue quand même le redbull.
La gourmandise du Grenache Blanc avec un je ne sais quoi de frais, minéral, tonique. Du sel d’argent quoi 🙂

Le Gamay « La Plage » 2013 et le Pinot Noir Neyrou 2013 de Jean Maupertuis (Auvergne), les deux autour des 15 euros, sont au top. C’est un peu le challenge de tout amateur de vin finalement, dégoter le meilleur rapport qualité prix plaisir et Bacchus sait si c’est compliqué dans cette tranche de prix. Pas de trouver des vins corrects et même assez agréables, non, mais de trouver des vins avec de l’éclat, de l’âme, un terroir. Ce sont des vins « Nature » et sans sulfites ajoutés. Et pour ceux qui en sont encore à la pré-histoire des vins Nature et bien sachez que non, ça ne pue pas, non il n’y a pas de déviances, non ils ne sont pas oxydés, etc. Au contraire, que du fruit, de la race et du bonheur !

Toujours dans le registre des vins sans chimie de synthèse à la vigne et sans toute une pharmacopée qui accompagne la plupart des vins dits « Conventionnels » il y a ce surprenant Anjou Villages « La Croix Pistolle » 2010 du Château de Plaisance, un 100% Cabernet Sauvignon bien charnu, droit et structuré. Au nez on partirait bien en Italie avec ce côté bien mûr, boisée plutôt noble, touche minérale. L’attaque est aussi plutôt riche, concentrée, puis ça se resserre en milieu de bouche et se termine sur une finale un rien stricte avec une acidité et un tanin dominant. Très Cabernet Sauvignon en somme ! Le genre de vin à mettre à l’aveugle à la demi-finale du concours du meilleur sommelier du monde, histoire qu’ils se promènent à nouveau aux 4 coins du monde avec le même vin 🙂

En 2013 : le 1er vin à déguster à l’aveugle était un Zinfandel 2010 de la Napa Valley et le 2ème vin un Côtes du Rhône Château des Tours 2007 (65% Grenache, 20% Syrah and 15% Cinsault). On est donc en demi-finale du concours qui va élire le meilleur sommelier du monde. Les résultats (en rouge les bonnes réponses ou réponses assez proches et en orange quand c’est au moins le pays ou la région) :

Pour la Roumanie, Julia Scavo
1er vin rouge : Australie Syrah
2ème vin rouge : France Genache noir, Chateauneuf du pape 2004

Pour le Canada, Véronique Rivest
1er vin rouge : Argentin Malbec Mendoza 2010
2ème vin rouge : Cabernet-Sauvignon Bordeaux Saint-Julien 1998

Pour la Suisse, Paolo Basso
1er vin rouge : Espagne Tempranillo Ribera del Duero Tempranillo 2009
2ème vin rouge : Grèce Aléatico Néméa 2007

Pour l’Australie, Franck Moreau
1er vin rouge : Argentine Malbec 2010
2ème vin rouge : Italie Barolo 1998

Pour l’Italie, Fabio Masi
1er vin rouge : France Saumur-Champigny 2010
2ème vin rouge : Macédoine Naoussa 2005

Pour l’Argentine Maria Paz Levinson Huarte
1er vin rouge : Europe Pinot Noir 2011
2ème vin rouge : Italie Niebbiolo 2007

Pour la Norvège, Francesco Azzarone
1er vin rouge : France Pinot Noir Bourgogne
2ème vin rouge : France Pinot Noir Gevrey-Chambertin 1998

Pour la Suède, Jon Arvid Rosengren
1er vin rouge : Etats Unis Merlot Californie
2ème vin rouge : France Rhône Grenache Gigondas Domaine Santa Duc 2009

Pour la Turquie, Isa Bal
1er vin rouge : USA pinot noir Californie Carneros 2008
2éme vin rouge : France Pinot Noir bourgogne 2009

Pour la France, David Biraud
1er vin rouge : USA pinot noir Sonoma vallée 2009
2ème vin rouge : France Pinot Noir Bourgogne Côte de Nuits Chambolle-Musigny 1er cru 2005

Pour la Grande-Bretagne, Eric Zwiebel
1er vin rouge : USA Zinfandel Sonoma
2ème vin rouge : Espagne Grenache Tempranillo 2002

Pour la Belgique, Aristide Spies
1er vin rouge : Gigondas 2009
2ème vin rouge : Rioja grande réserve 200

C’est finalement rassurant de voir que même les pros les plus entrainés peuvent confondre un Zinfandel avec un Cabernet Franc ! 🙂 Ca remet les pendules à l’heure et même ça décomplexe ! Trompons nous hardiment quand on goute à l’aveugle, les meilleurs ne font guère mieux ! hé hé

Enfin, précisons tout de même que la dégustation à l’aveugle n’est que la partie ludique du métier de sommelier mais ce n’est certainement pas pour déguster à l’aveugle que sont formés, embauchés et payés ces personnes ! Savoir sélectionner, acheter, stocker, conseiller et mettre en valeur les vins, voilà quel est le vrai job.

Le Langhe Nebbiolo 2011 de Rinaldi nous vient du Piémont et c’est une vraie petite bombe fruitée, concentrée, avec un tanin marqué en finale et typique du cépage qui donne du relief au tout. Super vin avec du fond.

Un grand Champagne abordable, autour de 45 euros dans le commerce, quasi démocratique, voilà ce qu’est l’Extra-Brut Blanc de Blanc « Longitude » de Larmandier Bernier. Bulle fine of course, matière finement concentrée et tendue, de l’éclat et de la minéralité. Début de soirée, milieu de soirée, fin de soirée, au choix 🙂
IMG_0860

Bluffant ce Crozes-Hermitage Raymond Roure 1986 … bientôt 30 ans d’âge et toutes ses dents. Beaucoup de plaisir, de la dentelle, de l’élégance. Il me semble que je partais sur un Nuits-Saint-Georges à l’aveugle … je ne pensais pas qu’un Crozes puisse se bonifier sur plus de 20 ans. N.B. Attention, ce vient est situé sur un super terroir et était travaillé avec talent. Ce « Cru » appartient » à présent à Jaboulet (pas encore dégusté).

Le Clos Vougeot vieilles vignes 2004 de chez Raphet est un grand Pinot Noir racé, avec de la sève, de l’allonge et de la longueur. Un vrai Pinot à l’ancienne, plus en délicatesse qu’en hollywoodisme. Personne ne parle de ce domaine mais franchement, à environ 90 euros la quille, pour la région c’est une sacrée affaire !

Toujours en Bourgogne, le Bienvenue-Batard-Montrachet 2011 de chez Jean-Claude Bachelet est une quintessence de Chardonnay, quand maturité, minéralité, concentration et race se rencontrent. Tout beau et totalement au niveau d’un Grand Cru de Bourgogne. Le Chassagne-Montrachet Blanchot-Dessus 2011 est aussi magnifique.

Priorat Clos Martinet 2007, ça c’est bon ! C’est quand les vins du Priorat se présentent comme ça qu’on comprend leur ascension fulgurante au cours des 20 dernières années. On a la richesse d’arômes et de texture des vins ensoleillés et la délicatesse et la fraicheur des vins qui viennent de vignobles en altitude et qui bénéficient d’une grande amplitude thermique entre le jour et la nuit. Ca rafraichit les raisins et ralentit la maturité. C’est le genre de vin avec lequel on peut difficilement ne pas faire plaisir. Cela dit il est aussi impératif d’attendre quelques années avant de le servir.

To be continued

BC

Publicités

Genève. Au commencement étaient la fondue, la soupe, la saucisse au chou, le relais de l’entrecôte, les restaurants chinois, les hôtels de luxe, le Chasselas, le Gamay, la Coop et la Migros.
Et puis le deuxième jour on planta du Sauvignon, du Merlot, du Gamaret, …
Le troisième jour on ouvrit de vrais bars à vin indépendants (ça existait déjà dans certains hôtels).
Le quatrième jour, en plus des légumes omniprésents, on mit un fromager sur le marché, ainsi qu’un boucher, puis de l’huile d’olives, des pâtes, du pain et même des « food trucks » …
Le cinquième jour on ouvrit des restaurants novateurs.
Le sixième jour on se prit de passion pour la transmission du savoir gastronomique avec la création d’écoles du vin et de cuisine et d’émissions culinaires TV et radio.
Le septième jour, bien sur, on festoya !
Quant au 8ème jour, prophétisons que nous innoverons véritablement, avec par exemple, des fast food qui ne seraient pas des hamburgers, de la pizza, kebab ou de la cuisine asiatique ou libanaise. (et on a des idées 🙂

En attendant, réjouissons-nous d’une telle diversité dans une région pas si grande que ça. Quelques adresses au top (liste anarchique et tout à fait incomplète) : 

Pain : Léonhard Bretzel sur les marchés de Plainpalais et Rive. Choix et qualité, des pains avec de la tenue qui se conservent aussi très bien. Pains Tournerêve aussi !
Fromage : l’embarras du choix … Bruand aux halles de Rive, Gaétan sur le marché de Plainpalais et de Rive. Bémol, aucun fromager affineur.
Huile d’olives : une huile grecque d’un très bon rapport qualité prix sur le marché de Plainpalais et à Rive le samedi (petit stand avec des supers amandes et de la tapenade). Olives et Co en vieille ville, pour la diversité et le conseil, Koronekes, une autre huile Grecque topissime !
Viande séchée, pâté en croûte et viandes en général : boucherie  charcuterie G. Debarre et D. Decré aux halles de Rive.
Terrine de campagne, steack haché first class (!) et viandes en général : Jacky Bula aux halles de Rive.
Saucisson de Fribourg fumé à la borne et charcuterie en général : Bulliard aux halles de Rive.
Viande de boeuf rassie, gibier : Coin de campagne aux Acacias, aussi de belles charcuteries bien goûtues ! La rillette de cabri est une tuerie !
Salami, Parmigiana, Taleggio et produits italiens en général : Lorenzo sur les marchés de Plainpalais et Carouge. La meilleure parmigiana !
Mozzarella : avec le lait local à Casa della Mozzarella à Plainpalais. La mozzarella est faite tous les jours sur place !
Légumes (bio bien entendu…) : Jardin de Cocagne sur les marchés de Plainpalais et de Rive. La famille Paris sur le marché de Plainpalais. Les salades et herbes de Paris sont top et les prix très abordables.
Produits bio : la boutique Le Marché de Vie aux Eaux-Vives. Choix, régularité.
Lasagnes aux légumes et produits italiens en général : le Petit Comestible dans les rues basses.
Un super Pesto, d’excellentes pâtes, des plats à emporter et tous les autres produits au top : Maison Amicucci – Diep Hò sur le marché de Plainpalais et de Carouge. Les meilleurs rouleaux d’été et Panna cotta mais aussi excellent traiteur.
Fleur de sel, fruits séchés, olives, et tous les autres produits : pas le nom en tête mais c’est sur le marché de Rive juste devant le Soleil Rouge. Fruits secs bio excellents.
Jambon cru, lomo : El Rey del Jamon sur le marché de Rive.
Gelato : Manu Gelato et Gelatomania
Pâtisseries : Frédéric Ducret et Christophe Berger.
Chocolats : franchement, l’embarras du choix ! La Bonbonnière ou Pascoët par ex …
Beurre au lait cru : la baratte du fermier chez Globus.
Confitures : chez le marchand de champignons sur le marché de Plainpalais et Rive (petit stand). Les meilleures confitures de Genève ?
Cavistes vins naturels : 20g à Carouge (aussi des grands vins classiques), Mi-food mi raisin aux Eaux-Vives, le Passeur de vin aux Acacias et aux Paquis.
Cavistes traditionnels pointus : Lavinia à la rue Coutance, Caveau de Bacchus au rond point de Rive, Globus au centre ville, Cave SA (le mercredi soir aux Bastions).
Spécialiste vins genevois (Mandement) : Chez Béco à Satigny
Bars à vin : Au coin du bar au centre ville, Marius café place des Augustins, Vert bouteille à Carouge, Mi-food Mi-raisin aux Eaux-Vives.

Restaurant l'Artichaut

Restaurant l’Artichaut

Restaurants Top miam + Top glou : L’Artichaut quai du Cheval Blanc, le Café de la Paix au bd Carl-Vogt, chez Jeab (Thaï) au bd St. Georges, Shibata au Petit Saconnex (déco un peu austère mais super table japonaise).
Restaurant Top miam et bon glou : L’épicentre à la rue Prévost-Martin, le Flacon à Carouge, Le Dix Vins à Carouge.
Restaurants bon miam, bon glou : le Café du Marché à Plainpalais, A Tosca do Primo (cuisine portugaise) aux Eaux-Vives.
Cours de cuisine : Jérôme Hernot à Versoix, ateliers grain de sel à Genève, Ma Colombière à Lully.
Cours oenologie :  🙂
Emission culinaire : Pique-Assiette 

Liste à compléter !

BC

www.terre-oenophile.ch

Un bon cadeau pour un cours d’oenologie chez www.terre-oenophile.ch, comment ça fonctionne ?

D’abord ça fonctionne bien 🙂 Très bien même ! :

Rapidité : le bon cadeau est envoyé par mail dans les 5 secondes qui suivent la commande.

Choix : plusieurs possibilités sont offertes, des initiations en soirée ou le WE, une ou plusieurs séances et des ateliers de dégustation à thème pour les plus passionnés.

bon-cadeau-fb-png

Fréquence des cours : les cours et ateliers de dégustation ont lieu de nombreuses fois par année. Cela permet au destinataire du bon cadeau de trouver une date qui lui convienne durant la validité de son bon (12 mois).

Possibilité de se perfectionner : le destinataire du bon cadeau peut ensuite se perfectionner avec les différents niveaux d’initiation à la dégustation.

Facilité d’inscription aux cours : le code personnel sur le bon cadeau permet au destinataire de déduire le montant qui a été offert directement sur notre site Internet.

Expérience : nos bons cadeaux existent depuis presque 10 ans.

Un retour client positif : voir les commentaires de nos clients ICI

Voir notre agenda des cours d’oenologie et dégustation de vin ICI

Bonnes dégustations !

BC

Et voici le programme des cours pour ces prochains mois ! Des initiations à la dégustation du vin pour apprendre les bases et des ateliers pour découvrir les vins du monde. Le nouveau cours en 6 séances qui débute le 19 janvier promet d’être super, avec visite chez un vigneron et repas mets et vins avec chef de cuisine pour conclure le cours !

Affiche Internet

BC