Archives de septembre, 2014

Un petit article sympathique dans 24 heures 🙂

article 24 heures jpg

Publicités

… et bien on entretient la rumeur qui dit que les amateurs racontent vraiment n’importe quoi ! lorsqu’ils parlent du vin 🙂

Voici donc de quoi alimenter la rumeur :

Dégustation ce matin, cours d’initiation à la dégustation du vin Niveau 3 sur les cépages.

On commence par
– Mosel-Riesling Kabinett Trocken 2011 Sybille Kunz
Kabinett : c’est avec le Kabinett que commence la ligue des vins de qualité supérieure selon la Loi sur le vin allemande – Trocken : vin sec selon le standard allemand (ce vin a 8,1 de sucre résiduel par litre). Sols schisteux et pierreux – Elevage en cuves.

Robe légère, tout en délicatesse et en pureté. Une jeune fille en fleur
Mets suggéré : c’est la mode des fleurs comestibles dans l’assiette, on imagine un poisson délicat (sole par ex.) avec une sauce aérienne, citronnée et fleurs d’Oxalis …

IMG_0697Ensuite

Anjou blanc «A Françoise» 2012 Thibauld Boudignon
Chenin – Sols schisteux – Elevage 8 mois en barriques
Plus dynamique, jeune, expressif en bouche, finale tannique, un vin qui ne laisse pas indifférent. On pense à De Caprio dans le Loup de Wall Street
Mets : Turbot à la crème, tatin de coing parfumée au curry de Madras.

Et

Arbois «Fleur de Savagnin» 2011 Domaine de la Tournelle
Savagnin – Sols de marnes (roche argileuse et calcaire)grises – Elevage sous bois (pas de barriques neuves) pendant 18 mois.

Plus riche, plus chaleureux, plus structuré, finale aussi sur une note tannique. Odeurs de forêt, de pin, résine, note un peu fumée, salaison. De la profondeur. Un bucheron romantique
Mets : des champignons, morilles, avec une viande blanche crémée.

IMG_0685Dégusté à l’aveugle, un autre Riesling allemand de Sybille Kunz, la cuvée Gold Quadrat 2009
. Plus riche, plus mûr, plus de formes, plus profond. Toujours minéral. Une femme fatale
Mets : Saint-Jacques à la plancha, fumet de crustacés réduit, piment d’Espelette

En rouge on débute avec

Côte de Beaune «Le Clos des Topes de Bizot» 2010 domaine Chantal Lescure Sol argilo-calcaire – Vignes de 50 ans – Elevage en barriques usagées et en cuves.

Fruits rouges acidulés, robe légère, finale acidulée, enjouée, mais milieu de bouche tout en puissance retenue, sérieux. James Bond déguisé en coiffeur pour dames.
Mets : filet mignon de porc aux fruits rouges

Puis,

Chinon Les Picasses 2010 Château de Coulaine
Cabernet Franc – Coteaux argilo-calcaire – Elevage 12 mois en barriques dont 35% de neuves

Du fruit avec des notes ligneuses, touche végétale, cuir, piment rouge. Structuré, plus rustique que le pinot. Un peu sauvage tout en restant civilisé. Un homme des bois, ancien homme d’affaires repenti. 
Mets : rognons de veau à la moutarde

Et

Côtes du Rhône Sierra du Sud 2013 Domaine Gramenon
Syrah – Sol argilo-calcaire – Elevage en cuves et en barriques pendant 7 mois.

Epicé, fruité, gourmand, finale fraiche et enjouée. Le bouffon du roi
Mets : souris d’agneau confite, purée d’aubergines, crème à l’ail

Et

Langhe Nebbiolo 2011 Punset
Sol argilo-calcaire – Elevage en foudres et en cuves inox.

Racé, élancé, ferme, tannique. ?
Mets : risotto à la truffe et canard laqué

Et

Rioja Reserva «Vina Arana» 2005 La Rioja Alta
5% Mazuelo – Sol de craie argileuse – Elevage en barriques US usagées pendant 3 ans. Reserva : minimum 3 ans d’élevage dont 1 en barriques ou foudres.

Epanoui, charmeur, rond, minéral. Julio Iglesias au micro
Mets : un jolie assiette de Jamon, Chorizo, Manchego

On se demande quand même comment ils vont se débrouiller entre eux tous ces personnages :-))

BC

 

C’est étonnant de voir que les Nord-Américains, réputés pas très fins du palais, voire pas très fins en général, sont ceux (avec les Britanniques) qui délivrent, à mon avis, les meilleurs écrits sur le vin.

Acheté avant hier le livre récemment traduit de Jay Mc Inerney, Bacchus et moi, récit très bien mené, drôle et enrichissant des expériences de l’auteur avec le monde du vin.

Bacchus et moi

 

Extrait de Bacchus et moi
Il y a peu Alice Feiring, critique gastronomique américaine, nous a offert un chouette récit de ses aventures dans le monde du vin naturel.

Le vin nu, Alice Feiring

Les scènes cinématographiques au sujet du vin les plus cultes sont sans doute dans le film américain Sideways avec le fantastique Paul Giamatti.

Il y a bien sûr aussi pas mal de livres intéressants écrits par des Français mais il semble que la mode actuelle soit plutôt à la polémique :

IMG_0591

On sent d’ailleurs cette tendance à la polémique en France sur les blogs et sur Facebook, ça tacle plus que ça n’informe, on est pour ou on est contre, avec ou sans soufre, pour ou contre Bettane et Desseauve, pour ou contre la Revue des Vin de France. Pendant ce temps là, ailleurs dans le monde …

Comme dirait Nabila « Allo, non mais allo quoi, t’es le pays du vin, allo, allo ! »

BC

A la question comment choisir le vin, deux guides apportent des réponses : le guide des meilleurs vins de France, grand frère de la revue des vins de France et le guide des vins Bettane et Desseauve (d’ailleurs des anciens de la revue des vins de France).

Ce sont deux guides français et ça traite seulement des vins de France, ce qui est évidemment très regrettable pour l’amateur de vin curieux, par définition, de découvrir des vins de tout horizon, mais très certainement viendra s’ajouter dans le futur une sélection de vins étrangers. Une des clés du succès des guide des vins de Robert Parker ou de Hugh Johnson est la grande ouverture aux meilleurs vins du monde entier.

Pour le moment, une telle chose n’existe pas en francophonie.

Ceci étant dit, quelles précieuses sources d’informations que ces deux guides ! Et quel travail, avec une mise à jour chaque année !

Guide Bettane et Desseauve et guide meilleurs vins de France 2015

Maintenant, lequel acheté ? Et bien, idéalement il faudrait acheter les deux ! C’est d’ailleurs ce que j’ai fait 🙂
Le guide de la revue des vins de France est un poil plus élitiste dans sa sélection. C’est plus écrémé, un peu trop peut être d’ailleurs, mais les commentaires sur les domaines et les vins sont généralement plus complets, plus fouillés.

Par exemple, l’excellent domaine Charvin (Châteauneuf-du-Pape) traité par B & D donne quelque chose d’assez laconique et peu encourageant :

Bettane Desseauve 2015 Domaine Charvin

Bettane Desseauve 2015 Domaine Charvin

Le guide de la RVF fait quand même plus envie ! On notera aussi la différence d’appréciation du Châteauneuf-du-Pape 2012 … :

Guide revue des vins de France 2015 Charvin

Guide revue des vins de France 2015 Charvin

Le système de notation des domaines viticoles est aussi différent. De 0 à 3 étoiles dans le guide de la revue des vins de France et de 0 à 5 étoiles dans le Bettane et Desseauve.

Peut-être l’option 0 à 3 étoiles a le mérite d’être plus simple et plus cohérente, un peu comme les macarons du guide Michelin. 1 macaron c’est déjà, en principe, une belle adresse !
Le 0 à 5 étoiles du B & D s’apparente plus aux étoiles des hôtels. 1 étoiles, en général c’est pas Byzance et 2 étoiles ça peut être très très variable comme qualité … En gros c’est à partir de 3 étoiles que ça commence à être d’un bon standing.

Le gros avantage du guide Bettane et Desseauve c’est une sélection plus large, avec non seulement des pointures du vignobles mais aussi des domaines moins connus et des jeunes vignerons qui viennent de s’installer depuis pas si longtemps.

Par exemple, le domaine David Beaupère à Juliénas, un vigneron à ne pas rater dans cette appellation mais pourtant absent du guide des meilleurs vins de France :

Guide Bettane Desseauve 2015 David Beaupère

Guide Bettane Desseauve 2015 David Beaupère

Aucun guide des vins ne saurait être parfait et parfaitement complet, tant il y a de différents domaines viticoles, sans compter les affinités, les amitiés, parfois aussi les intérêts et bien sûr les goûts du moment du journaliste qui déguste ou encore l’état du vin le jour de la dégustation.

Ces deux guides offrent une belle source de connaissance, même si les domaines absents dans ces deux guides laissent songeur, voire dubitatif. La liste serait trop longue, mais il serait bien de ne pas attendre que Julie Balagny (Fleurie) soit à la retraite pour la citer, tant ses vins sont élégants et transcendent le Gamay ! La cuvée Simone 2012 est un must, de la véritable dentelle. Bernard Faurie, qui lui approche à grand pas de la retraite produit tout de même parmi les meilleurs Hermitages. Etc.

Mais finalement tant mieux. Il reste donc encore énormément de vins et vignerons à découvrir par soi-même, au détour d’un chemin ou au coin d’un bar à vin !

BC