Le vin, ce sont les Américains qui en parlent le mieux ?

C’est étonnant de voir que les Nord-Américains, réputés pas très fins du palais, voire pas très fins en général, sont ceux (avec les Britanniques) qui délivrent, à mon avis, les meilleurs écrits sur le vin. Acheté avant hier le livre récemment traduit de Jay Mc Inerney, Bacchus et moi, récit très bien mené, drôle et enrichissant…