Archives de juillet, 2012

Situé à 2h de voiture de Genève Juliénas est une commune et un Cru du Beaujolais. Moins réputé que Moulin à Vent, Morgon ou Fleurie (10 Crus en tout dans le Beaujolais), le Juliénas n’a pourtant pas grand chose à envier à ses compères. Peut-être un peu moins de finesse que Fleurie ou moins de concentration que Moulin à Vent. Et encore, les deux domaines recommandés dans ce post ne manquent ni de l’un ni de l’autre.
Les vins de Juliénas sont issus du Gamay (comme tous les vins en appellation Beaujolais, Beaujolais Villages et les 10 Crus du Beaujolais) et présentent une structure affirmée et un brin d’austérité dans leur jeunesse. Plus charpenté que les Chenas, Saint-Amour et Chiroubles. Moins de chair qu’un morgon ou un Fleurie. Assez proche d’un Moulin à Vent, avec un peu moins de finesse. Assez semblable à un Brouilly.

Les vins de Daniel Aujas et Nadine Cisowski démontrent le potentiel de garde des vins du Cru. A la vente des 1993, 1996, 1997, 1999, etc.
Le 1999 tradition est en pleine forme, évolué mais sans signe de fatigue. Ca se rapproche d’un Bourgogne de 10 ans. 8 euros… Le 2005 Vieilles vignes est superbe, plus concentré et puissant que le précédent. 8,50 euros. Le 2006 Tradition est tout en finesse et délicatesse, aérien et léger comme savent l’être les Gamays de la région. 6,50 euros! Le 2005 est plus concentré et accompagnera à merveille les délices du Barbecue. 7 euros. En bref, tout est bon chez Daniel et Nadine, partisans d’un style traditionnel et ayant recours au minimum de technologie et d’artifices pour l’élaboration de leurs vins. D’ailleurs il n’y a pas d’Œnologue au domaine…

Vincent Audras, Clos de Haute Combe, fait partie des vignerons les plus dynamiques du Beaujolais : plantations de nouveaux cépages (Gamaret, Viognier, …), vignes en plantées en Lyre sur une partie de son Juliénas, élevage de plus de 5 années en fûts sur son Juliénas « Sélection », etc.
D’ailleurs c’est un coup de coeur pour ce Juliénas Sélection 2006, profond et élégant. Le boisé est parfaitement intégré (les fûts de chêne avaient déjà été utilisés pendant 3 années avant de recevoir ce 2006). 14 euros, ça fait prix élevé pour la région mais en fait c’est plutôt cadeau… Bon, seulement deux barriques de ce vin, réservé à la vente au domaine. Le Beaujolais Villages à 6 euros est une petite bombe de fruits et de gourmandise et le Juliénas traditionnel est tout en élégance. 8,00 euros.

Ni Daniel Aujas ni Vincent Audras ne pratiquent la Thermovinification (chauffage de la vendange à environ 60° pendant 12h). Cette pratique vise à obtenir des vins plus colorés, gourmands et fruités. Donc plus faciles à apprécier jeunes. Cependant, au delà de ce caractère plus aimable, les vins ainsi obtenus sont aussi plus simplets, plus courts en bouche et vieillissent probablement moins bien. A noter aussi que le chauffage de la vendante oblige ensuite à ajouter des levures industrielles pour la fermentation, ce qui dénature quand même le caractère originel des vins.

Les deux domaines sont situés dans le secteur viticole des « Fouillouses », à environs 300 mètres de distance l’un de l’autre. N.B. On peut dormir chez les deux (gîtes).

Bonne dégustation!

BC

Beaujolais 2009 Yvon Metras

Publié: juillet 17, 2012 dans En passant
Tags:

Dernière bouteille de la cave ouverte samedi, besoin d’un peu d’aération mais quel beau jus! Tiendra encore 3 ou 4 ans sans problème! Voire plus.

Beaujolais Metras

Au top servi frais avec un carpaccio de boeuf, un peu de roquette, parmesan, huile d’olive, fleur de sel artisanale, tour de moulin de poivre de première qualité et touche de vinaigre balsamique pour faire le lien avec le vin.

BC

Vins de l’Etna

Publié: juillet 17, 2012 dans Dégustation
Tags:, , , , ,

Un extraterrestre, un %689ç*»?= par exemple, pourrait saisir la complexité du monde des humains en dégustant une quinzaine de vins issus d’une même région. Les vins de l’Etna par exemple, prétendant (plus ou moins malgré lui) au titre de 3 ou 4ème plus grand terroir viticole d’Italie et patrie du cépage Nerello Mascalese.

A travers son système d’appréhension de l’environnement comestible %689ç*»?= vivrait le quotidien d’Homo E-Rictus: horreurs, bonheurs, fourberies, actes manqués, vérités, mensonges, maladresses.

Au rayon des horreurs ce vin au parfum de vieille réglisse et d’arômes de fruits trop cuits, violent en bouche, alcooleux, séchard. Sans chair. Zombie shooté aux stéroïdes. Et aussi ce vin aux arômes pas bien nets, louches, de chèvre en liberté et heureuse de ne pas se laver…

Coté fourberies un vin qui empeste le copeau à 3km et un autre qui n’appelle qu’un commentaire: vinasse décontractée, gloire des têtes de Gondoles à 1 euro la quille…

Et puis cet autre qui sent la bricole oenologique à plein nez, cadavre désarticulé nourri aux ‘cides dès l’enfance.

Au rayon maladresse on peut citer la cuvé «Magma» 2009 de Frank Cornelissen, un vin au nez de figue, simple mais non dénué de finesse, agréable, gourmand, juteux même, «ya du vin!» avons-nous tous convenu lors de la dégustation à l’aveugle. D’ailleurs on a bien pensé à un vin de Cornelissen, vigneron qui travaille en bio et sans artifices. Mais on pensait à son entrée de gamme (Contadino à env. 15 euros), voire à «Munjebel» (environ 30 euros) une cuvée un peu au dessus, mais on pensait pas à son vin haut de gamme «Magma» à environ 100 euros la bouteille! J’ai lu quelque part que Frank Cornelissen, selon ses propres dires, a décidé de vendre beaucoup plus cher cette cuvée, non en fonction d’une qualité vraiment supérieure mais tout simplement pour pouvoir vendre moins cher les autres… afin de les rendre plus accessibles à tous. Belle idée. Sauf pour le passionné qui cassera la tirelire…

Du bonheur avec la cuvée «Guardiola» 2005 de la Tenuta delle Terre Nere. Un vin ample avec un beau jus et de l’allonge. A l’aveugle il a tout d’un beau pinot noir de Bourgogne ; on frôle la délicate affirmation d’un Chambolle-Musigny. Tout juste un poil marqué par la barrique (selon un dégustateur), révélateur d’une ambition affichée? Un grand vin en tous cas. Bluffant.

Du bonheur aussi avec le «vin pirate» de la soirée, un Nebbiolo d’Alba 2009 de chez Rinaldi. Le muscle plus ferme et à peine plus ramassé, avec un nez de miel et de thym.  J’avais pensé à un beau vin de Provence, genre Trevallon… bon, on est pas loin de Turin hein?

En troisième position, ex aequo (dans mes notes) le Santo Spirito 2008 de la Tenuta delle Terre Nere. Ca sent le cacao, la poire William, l’artichaut. Original. Structuré, droit, fin. Finale un peu stricte.

Et (encore!!!) Tenuta delle Terre Nere «La Vigna di Dom Peppino» 2006. Ca rappelle un peu la Syrah, plus en rondeur que le précédent. Le nez est frais, assez délicat.

Dans le peloton juste derrière, au taquet dans l’ascension du sommet de l’Etna le «Sciaranuova» 2008 de Passopisciaro. Un vin qui nous parut plutôt «nature», sur le fruit, la framboise, gourmand, simple mais cohérent. Un vin vrai qui se laissera boire.

Et puis, toujours dans le registre des vins à boire avec plaisir, le «Musmeci» 2008 de la Tenuta di Fessina. Simple, net, nez de verveine, souple, fruité. Un vin de plaisir.

Des jolies choses mais une bonne moitié de vins passables à mauvais (16 vins rouges en dégustation). La routine dans à peu près tous les vignobles.

Difficile de pointer un style commun, une identité forte. Reste des robes plutôt claires, une bonne fraicheur acide et un degré d’alcool plutôt faible pour le sud de l’Italie. Merci aux vignes cultivées en altitude. Du coup on a une buvabilité supérieure à beaucoup de vins italiens. Un coté plus aérien, détendu, souple, sans manque de concentration. L’intensité des vins est plus due au terroir qu’à un degré d’alcool élevé et des raisins en surmaturité. A noter aussi que la plupart des vins biens notés sont issus de très vieilles vignes.

Nul doute que %689ç*»?= aurait déjà attrapé le virus du vin et,  repoussant la date de l’extermination de notre pauvre espèce, serait passé à la découverte d’une autre vignoble, puis d’un autre, et d’un autre encore…

Et bravo à Terre Nere!

Et merci à Pierre-Henri pour l’organisation de la dégustation et pour sa générosité

BC